Notre organisme ainsi que notre activité sont régis par notre horloge biologique, qui rythme nos journées. L’être humain est notamment soumis au rythme circadien : un rythme biologique d’une durée de 24h, qui définit l’alternance entre la veille et le sommeil.

C’est notre horloge interne qui détermine ce cycle, sous l’influence de nombreux facteurs externes tels que les rythmes sociaux (travail, repos, week-end, vacances, activités), l’alimentation, les exercices physiques, ou des facteurs environnementaux comme la lumière ou les sons.

L’horloge interne est un mécanisme cérébral sur lequel nous ne pouvons pas agir de manière consciente. En revanche, il nous est possible d’agir sur les facteurs environnementaux qui influencent son activité, et notamment la lumière.

Le rôle de la lumière sur l’alternance veille/sommeil

La lumière est en effet un puissant synchroniseur de notre horloge biologique :

En percevant la lumière du jour, notre corps sécrète des hormones et des neurotransmetteurs qui maintiennent éveillés (noradrénaline, cortisol, etc..). Notre système nerveux sympathique est alors stimulé : notre organisme est en état d’éveil, et disposé à l’activité physique et intellectuelle. Nos fréquences cardiaque et respiratoire sont rapides et varient de manière importante au cours de la journée.

A l’inverse, en temps normal à la tombée de la nuit, notre corps sécrète une hormone favorisant l’endormissement : la mélatonine. Notre système nerveux parasympathique prend alors le relais : il se caractérise par un ralentissement général des organes et favorise la mise au repos de l’organisme. Les fonctions cardio-vasculaires et respiratoires sont économisées.

Cependant, cet équilibre est précaire et peut facilement être perturbé par certains éléments et certaines habitudes – comme les heures de repas, une activité sportive en soirée, ou regarder des écrans avant d’aller dormir – qui peuvent entraver la production de l’hormone du sommeil.

Il peut en résulter des troubles du sommeil qui, à long terme, peuvent avoir des effets négatifs voire néfastes sur la santé.

Sommeil et santé

Les chiffres relatifs aux troubles du sommeil ne cessent de progresser depuis quelques années. En 2019, près de la moitié des Français déclarent souffrir de troubles du sommeil. Les études révèlent également une réduction de la durée du sommeil à 6h42 en moyenne la semaine1, alors que le temps de sommeil recommandé pour être en bonne santé est de 7h à 9h par nuit².

Or le manque de sommeil présente des risques pour la santé, plus ou moins néfastes. Le sommeil influence par exemple l’évolution du poids. Lorsque nous dormons bien, nous sécrétons une hormone favorisant le sentiment de satiété : la leptine. A l’inverse, lorsque nous dormons mal ou pas suffisamment, notre corps produit de la ghréline, une hormone accentuant la faim.

Mais le manque de sommeil peut avoir des effets plus néfastes comme l’obésité, l’hypertension, une augmentation des accidents cardiovasculaires, ou du diabète de type 2.

Terraillon et le sommeil

Partant de ce constat, Terraillon a développé plusieurs aides au sommeil, visant à comprendre et améliorer votre sommeil et votre durée d’endormissement. Nos produits sommeil (Homni et Dreamer) sont développés en collaboration avec le Centre Européen du Sommeil pour vous assurer un endormissement rapide et naturel au quotidien.

Nous nous appuyons principalement sur la luminothérapie car la lumière est un puissant régulateur de notre horloge biologique, et donc de notre sommeil. Par ailleurs, nos produits utilisent la lumière rouge car contrairement aux autres couleurs (et notamment la lumière bleue), c’est la seule couleur qui ne bloque pas la sécrétion de mélatonine – hormone favorisant l’endormissement.

 

  1. Etude BEH – Bulletin épidémiologique hebdomadaire n°8-9 | 12 mars 2019
  2. Sleep Health Jounal. Nation sleep foundation’s sleep time duration recommandations: methodology and results summary. (Janvier 2015). DOI: 10.1016/J.sleh.2014.12.010

Laisser un commentaire